Rencontre avec Michel Bellaiche : artiste complet aux multiples facettes

michel bellaiche artiste inov expat blogBarcelone est une ville très riche culturellement et est devenue au fil des années un des lieux favoris des artistes, aussi différents qu’ils soient. Michel Bellaiche nous parle de son histoire avec la Catalogne.


Pouvez-vous décrire votre activité, votre style en tant qu’artiste ?

Je n’aime pas beaucoup les boîtes, les catégories, les étagères sur lesquelles les styles sont bien rangés.

Je suis toujours en recherche et je change souvent de direction, de technique. Il arrive un moment où j’estime avoir tout dit avec un certain genre de travail et donc je vais plus loin, je cherche autre chose, j’utilise une autre technique, une nouvelle expression.

Ceci dit, il existe tout de même des constances dans mon travail. Par exemple, je travaille depuis toujours sur papier car j’aime cette matière. J’utilise des acryliques, des encres, des peintures industrielles. Certaines couleurs se retrouvent souvent dans ce que je fais : les rouges profonds, les bleus indigos ou délavés, la gamme des jaunes, beaucoup de verts aussi en contraste. L’encre de chine est très souvent là pour marquer, délimiter, souligner, former le squelette.

Malgré mon goût pour le travail sur papier, support que je continuerai à utiliser, j’ai en ce moment de fortes envies de produire des œuvres de grandes tailles (plus d’un mètre en hauteur et en largeur) et le papier s’y prête mal. Je pense donc à utiliser de grands panneaux de bois, les toiles de cette taille restant inaccessibles en raison de leur prix élevé et faute de généreux sponsors.

Mon inspiration, mes sources son très diverses. J’ai une très grande admiration pour le travail de Klee et d’Alechinsky. L’art japonais me touche aussi beaucoup ainsi que les miniatures persanes dont je me suis parfois inspiré.

On m’a souvent appelé coloriste, expressionniste abstrait aussi, mais cela reste des boîtes dont je souhaite déborder.

Avez-vous beaucoup de « concurrents » ? Qu’apportez-vous de plus, quelle est votre différence ?

Je ne considère aucun autre peintre comme un concurrent. De certains j’aime les œuvres et d’autres non, mais ce sont des confrères et consœurs, pas des concurrents. Il ne ‘s’agit pas d’une course commerciale, mon but premier n’étant pas de vendre à tout prix. Je vends mon travail quand cela est possible, mais ce n’est jamais au détriment d’autres peintres.

Je ne sais pas si j’apporte strictement une différence. Ce que j’apporte, c’est mon fond de culture orientale et méditerranéenne (je suis né à Tunis), mon expérience d’expatrié perpétuel pour n’avoir passé que 5 ou 6 ans de ma vie en France, ma vision de voyageur dans la majeure partie du monde pour raisons professionnelles, ma vision poétique, mon amour des mots. J’apporte aussi mon besoin de couleurs, de rythmes, de mouvements. Tout ceci, tout cet ensemble, toute cette expérience constitue sans doute une différence, ma différence.

Depuis combien de temps êtes-vous à Barcelone et quel est votre souvenir le plus insolite de cette ville ? 

Pour des raisons professionnelles, je connais l’Espagne et la Catalogne tout particulièrement depuis le début des années 90. À l’époque, je vivais au Danemark mais voyageais souvent à Barcelone. Puis, pour toute une série de raisons, je me suis installé en Catalogne en Juillet 2003. Un peu plus de 11 ans donc. Je dois être un vétéran.

Je n’ai d’ailleurs aucune intention de retourner vivre en France. Je suis français, ma culture est majoritairement française (bien que sérieusement influencée), mais il y a longtemps que la France n’est plus mon pays, depuis mon émigration au début des années 70. Mon pays, c’est là où je vis, aujourd’hui dans la belle province de Barcelone. Dans 5 ou 10 ans ? Qui sait ?

Je n’ai pas de souvenirs insolites particuliers. Je me suis fondu dans la culture locale depuis un moment maintenant et j’ai perdu depuis longtemps le regard du touriste ou de l’immigré fraichement débarqué. Il y a cependant quelques images qui m’ont marquées, comme par exemple la première fois où j’ai vu une procession de Fiesta Mayor, avec les Dracs crachant du feu, ou bien lorsque je suis monté au Tibidabo avec son merveilleux avion de 1929 survolant Barcelone et donnant une vue magnifique sur la ville.

Organisez-vous des expositions ou des évènements auxquels les gens peuvent assister ?

Bien sûr, cela m’arrive, en particulier dans la merveilleuse exploitation viticole biodynamique de Clos Lentiscus (Can Ramón), proche de mon village de Sant Père de Ribes, où j’organise et expose souvent mes œuvres avec celles d’autres artistes. Jetez un œil sur Closlentiscus. Les meilleurs Cavas du Penedes sans doute, à venir voir et gouter absolument dans cette Masia entièrement restaurée et dont les origines viticoles remontent au XIVème siècle.

Clos Lentiscus organise aussi régulièrement un événement auquel je participe souvent, le « Wine Lovers ». J’organise aussi des visites de mon atelier, sur rendez-vous uniquement.

 michel bellaiche artiste inov expat blog

Pour en savoir plus :
Michel Bellaiche
Paseo Circumval.lació 36 – 08810 – Sant Père de Ribes –Barcelona
+34 620 311 746
michel@bellaiche.net
www.bellaiche.net : Showroom peintures, photos, poésie.
www.bellaiche.eu : Un choix d’œuvres reproduites par Digigraphie, signées, numérotées et avec certificat d’authenticité.
www.les1621.eu : Petites œuvres originales, à petits prix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prouve moi que tu n'es pas un robot * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.